Porto-Vecchio : histoire périlleuse de sa construction, archéologie, paysages.

Terre longtemps convoitée par divers peuples, Porto-Vecchio a résisté aux conflits et aux abandons pour constituer l’actuelle étape touristique cruciale de Corse.

Histoire de Porte-Vecchio : de conquêtes en désertifications

Porto-VecchioDepuis la Préhistoire, la Corse et plus particulièrement le site de Porto-Vecchio est habitée, puis abandonnée. En témoigne plusieurs sites archéologiques dévoilant encore les bases de fortifications ancestrales : murailles, escaliers… Les Romains aussi s’installèrent là, sur cette terre offrant une position géographique privilégiée à tous points de vue : stratégie militaire et commerciale principalement.

Au Moyen-Age, de plus en plus de peuples s’arrachent cette terre fertile et facilement accessible. Une citadelle est d’ailleurs construite au cours du XVIème siècle : elle est achevée seulement au XVIIIème siècle du fait de nombreuses interruptions de travaux, induites par plusieurs désertifications. En 1539, des gens venus de la Rocca et de Gênes élisent domicile à Porto-Vecchio où ils se font agriculteurs. Il décident alors de construir des tours afin de mieux se protéger des attaques barbares, récurrentes. Mais celles-ci deviennent décidément trop envahissantes, qui plus est aggravées par la violence des corses qui voient d’un mauvais œil l’intrusion d’étrangers. La citadelle est désertée.

Une deuxième tentative d’installation permet de continuer l’aménagement de la cité en faisant appel à la population corse cette fois : l’espoir étant de limiter les conflits entre les peuples pour réussir à s’implanter définitivement. Malheureusement, ce projet échoue encore une fois. De multiples essais entrecoupés d’abandons finissent enfin par voir aboutir l’envie de développer Porto-Vecchio, après plusieurs siècles d’entêtement.

Au XVIIIème siècle, la ville se développe enfin, avec une population croissante venue notamment des hameaux proches : elle devient le chef-lieu du canton. En 1855, la construction de la Route de la Marine et de l’embarcadère contribue grandement à l’essor de la commune. Au XXème siècle, le nombre d’habitants dépasse celui de Bonifacio, pourtant dominante depuis toujours sur ce plan… En 1950, le tourisme devient la nouvelle richesse de la ville : l’aménagement d’une plage va bien évidemment favoriser cette évolution.

Les monuments de Porte-Vecchio

4 sites archéologiques ont été découverts sur ces terres : ceux de la Torre de Ceccia à 20 minutes de marche (sur une plaine du sud de la ville), du Castella de Tappa avec ses vestiges de marches et murailles, du Tiuolaghju avec 2 coffres mégalithiques et ses menhirs sas oublier le site de Torre.

D’autres monuments, bien plus récents sont à voir à Porto-Vecchio comme l’église Saint Jean-Baptiste, construite au XIXème siècle. Le port de plaisance a bénéficié de travaux visant à l’agrandir et ainsi mieux répondre aux besoins de navigation. Toujours dans l’univers maritime, le Phare de La Chappia à l’orée du Golfe de Porto-Vecchio ne peut être rattrapé que par les chemins de terre, ce qui en fait un attrait touristique charmant.

Haute-ville de Porto-VecchioLa ville en elle-même est un monument, entourée de murailles venues tout droit du Moyen-Age, elle se visite à pied, en sillonnant ses ruelles pittoresques et étroites, en passant sous la Porte génoise, près de la Fontaine Vecchia… Vous admirerez également le Moulin de la Guardienna, fièrement classé monument historique.

De nombreux vestiges, hérités de tous ces conflits médiévaux sont à voir : la Tour ruinée de la Sainte-Trinité, le Fort génois près du monument torréen de Castello de Ceccia…
 

Que faire à Porto-Vecchio ?

Entourée des plus beaux et variés environnements naturels de l’Île de Beauté, Porto-Vecchio vous initie ou vous perfectionne en canyoning, ainsi qu’en accrobranche grâce au Parc Aventure, plus particulièrement au Forest Parc qui invite aussi à parcourir des falaises. Plus abordable, les randonnées à pieds et les itinéraires en VTT demandent tout de même une bonne condition physique face à tous ces dénivelés qui jalonnent les paysages. Envie d’une baignade en altitude ? Plongez dans les vasques de la Solenzara avant de vous adonner à un parcours d’escalade mais aussi de via ferrata comme celle de Chisa, sans doute l’une de plus belles du monde.

En hiver aussi aux alentours de Porte-Vecchio vous découvrirez bien des activités : randonnées en raquette, ski… Vous ne vous ennuierez pas !

Enfin, n’oubliez pas de vous détendre sur les plages étendues en bordure de Porte-Vecchio : soleil, vagues et sable fin…Palombaggia, Santa-Giulia, Pinarello, Saint Cyprien…

Pour trouver un hôtel à Porto-Vecchio, vous pouvez consultez cette page: Hôtel Porto-Vecchio
 

Quels modes de transport pour venir et circuler à Porte-Vecchio ?

Profitez d’un trajet en ferry à partir des grandes villes du sud de la France comme Marseille par exemple. Cet itinéraire sera l’occasion de découvrir une bonne partie de la Corse depuis la mer : vous observerez déjà la silhouette radieuse de l’île. Vous préférez venir par le ciel ? Vous atterrirez à Figari, dont l’aéroport est situé à seulement 20 kilomètres de Porto-Vecchio : n’oubliez pas de prévoir la location de voiture ou le voyage en taxi ! Cela évitera trop d’attente à l’aéroport. Vous pouvez aussi prendre le bus pour rejoindre votre destination finale. 

    Partager cette page :