Les sites préhistoriques de Corse

La Corse conserve énormément de traces humaines datant de la préhistoire et de la protohistoire (entre l’âge du fer et l’apparition de l’écriture). Certains sites remarquables ont été protégés et aménagés afin d’en permettre la visite et plongent le visiteur dans la richesse du patrimoine insulaire exemplaire dans le peuplement des îles méditerranéennes. 
En dehors des sites fouillés, aménagés et ouverts au public, il est quasiment impossible de se promener en Corse sans découvrir des vestiges agricoles et pastoraux y compris dans les régions les plus inhospitalières, témoignages de la volonté farouche des Corses de vivre au village malgré les difficultés et l’isolement.

Les principaux sites préhistoriques de Corse :

  • Filitosa : En Corse du Sud, entre Ajaccio et Propriano, le site de Filitosa est classé aux monuments historiques, et fait partie des 100 sites d’intérêt commun aux pays de la Méditerranée. Habité par l’homme pendant plus de 5 000 ans, Filitosa apporte témoignage des différentes occupations depuis le néolithique (- 5 000 ans avJC) jusqu’à l’âge du bronze et même au Moyen Age.  L’oppidum de Turichju est remarquable notamment par la présence de statues-menhirs anthropomorphes. Le site est inclus au patrimoine de la Collectivité Territoriale Corse. L’accès au site est très bien indiqué à partir des communes de Propriano, Sollacaro et Petreto-Bicchisano. Coordonnées GPS : Longitude E8.990794 Latitude N41.785338.
     
  • Cucuruzzu et Capula: En Corse du Sud, entre Lévie et San Gavino di Carbini, le Castelo di Cucuruzzu est un refuge de pierres monumentales en haut d’un promontoire verdoyant. Outre les traces d’occupation depuis 2 000 ans avJC, dont des statues menhirs, le visiteur est charmé par la promenade découverte dans un milieu verdoyant et ombragé (appréciable en été) amenant jusqu’à la vue fabuleuse sur les montagnes de l’Alta Rocca et les Aiguilles de Bavella. Le site voisin de Capula est plus récent et apporte la continuité temporelle jusqu’au Moyen Age. Le site est inclus au patrimoine de la Collectivité Territoriale Corse. L’accès au site est très bien indiqué à partir de Lévie. Coordonnées GPS : Longitude E9.12677 Latitude N41.72462
     
  • Araghju : Le castelo d’Araghju est situé à proximité de Porto Vecchio en Corse du Sud. Libre et facile d’accès, le site est une place forte créée par l’assemblage grossier de blocs de granit par l’homme 2 500 ans avJC. Juste aux portes de Porto Vecchio avec une vue sur la mer, la montagne et la plaine environnante, on imagine aisément la vie des occupants de ce castelo et le bonheur de vivre dans cet environnement sécurisé.Coordonnées GPS : Longitude E9.26213 Latitude N41.6477.
     
  • Les sites du plateau de la Cauria : A proximité de Sartène en Corse du Sud, le plateau de la Cauria offre plusieurs sites de menhirs, dolmens et pierres levées sculptées  dont  Pallagiu, I Stantari (les pétrifiés), Rinaiu et Fontanaccia. Le site est inclus au patrimoine de la Collectivité Territoriale Corse. L’accès au site est très bien indiqué à partir de la Commune de Sartène. Coordonnées GPS : Longitude 8.9183 Latitude N41.5294
     
  • Plus proche de notre ère, le site d’Aléria marque l’occupation romaine au premier siècle avant notre ère. Le site antique d’Aléria est facilement accessible à partir de la commune d’Aléria. Le site est inclus au patrimoine de la Collectivité Territoriale Corse.

Avant la visite des sites archéologiques de Corse, le visiteur curieux est invité à consulter un visuel fort bien fait marquant la chronologie de l’humanité et celle de la Corse au sein du monde en devenir. Ce visuel est disponible ici (http://www.prehistoire-corse.org/00-chrono.html).

La question que de nombreuses personnes se posent est de savoir d’où venaient les humais qui ont jadis peuplé la Corse.
Devenue une île entre -6 et -5 millions d’années, la Corse peut sembler alors inaccessible. La première trace d’occupation humaine en Corse est attestée par la découverte de la Dame de Bonifacio vers -9 000/ – 7 000 dont l’exhumation et les analyses ont montré que ce peuple venait de Sardaigne (très proche via les Bouches de Bonifacio). De plus, pour attester que ces peuples naviguaient, on a trouvé des traces d’importation de silex et d’obsidiennes absents de l’île.
On comprend alors pourquoi les principaux sites archéologiques de Corse sont situés en Corse du Sud puisque l’expansion s’est faite de l’extrême sud en remontant vers le nord et le centre de l’île.

 

    Partager cette page :