La Plaine Orientale : une microrégion de Corse entre mer et montagnes

Difficile de choisir entre mer et montagnes… La Plaine Orientale propose une telle richesse naturelle que toutes sortes de paysages vous y attendent.

Un peu de géographie

La Plaine Orientale qui constitue la majeure partie du rivage Tyrrhénien se compose de plusieurs microrégions incontournables, aussi bien sur le littoral que dans les montagnes. C’est le cas de la Casinca, la Costa Verde, la Costa Serena… Les contours qui dessinent les limites de ce domaine dévoilent elles-aussi des paysages fabuleux : au nord le cours du Golo, au sud le cours de la Solenzara, à l’est la mer Tyrrhénienne et à l’ouest le massif des schistes de la Castagniccia.

Les terres fertiles de la Plaine Orientale sont exploitées depuis l’occupation romaine. D’importantes productions de fruits méditerranéens ont ainsi contribué au développement de la région depuis bien longtemps. Rien ne manque sur ce territoire : rivières, forêts, montagnes, plages, ports…
 

L’avènement de la Plaine Orientale corse

A l’époque romaine, les lieux prennent vie à travers la cité d’Atalia qui est alors la capitale corse : nous sommes en 565 avant J.C. et les vergers font la richesse des exploitants.
Tragiquement fidèle à l’histoire de l’Île de Beauté, la Plaine orientale a souffert des pillards à partir du Xème siècle et ce, pendant des centaines d’années.

Pour protéger les habitations et la population, les villages et leurs monuments ont donc été construits en hauteur.

Au XVIIIème siècle, la microrégion rassemble à la fois la province d’Aleria et le sud de la province de Bastia : c’est pourquoi l’histoire de ces endroits est assez similaire.
 

Découvrez la Plaine Orientale et ses charmes

La Costa Verde, qui constitue l’un des cantons les plus attractifs de la plaine orientale, organise de nombreuses activités en sa station balnéaire de Moriani : plage, sports nautiques, soirées animées… Tout est mis en œuvre pour faire vivre la Plaine Orientale en dehors des trésors naturels qu’elle recèle. C’est justement ce que met en valeur le Sentier botanique de San Giovanni Di Moriani : 3 heures de visite expliquant la flore locale.

La culture aussi est à l’honneur entre les murs du musée de Cervione, à quelques pas d’un superbe couvent franciscain datant du XVIème siècle.

La Costa Serena dévoile aussi bien un patrimoine historique prestigieux que des produits du terroir. En effet, s’y trouve la cité antique d’Aléria ainsi qu’un musée installé dans le fort de Matra. Cet édifice exprime le style architectural génois par excellence que l’on retrouve dans les quatre coins de l’Île de Beauté : il est aujourd’hui classé monument historique. D’autre part, l’étang de Diana permet la vente d’huîtres et de moules qui se sont épanouies dans ses eaux. Un cadre atypique qui mérite bien un détour !

Les puristes préféreront sillonner la Plaine Orientale de manière plus authentique ; randonnée pédestre ou équestre, à vélo ou sur les eaux… Tous les modes de transport sourient au tourisme et laissent à chacun le plaisir de découvrir la Corse à son rythme. 

    Partager cette page :