Cap Corse : une microrégion riche de paysages et de patrimoines

Par son patrimoine naturel et l’architecture de ses constructions, le Cap corse reste une destination exceptionnelle qui recèle bien des trésors. Une microrégion au paysage authentique, où l’histoire s’inscrit dans un patrimoine peu commun.

Particularisme du Cap Corse

Cette presqu’île part de Bastia en mer Tyrrhénienne et Saint Florent en Méditerranée et s’étend vers le nord. Les deux rivages du Cap Corse s’offrent au vent d’Est venant d’Italie et au mistral qui a traversé la Méditerranée. Entre les deux rivages du Cap Corse, la montagne se dresse comme une épine dorsale avec huit sommets qui dépassent 1 000 mètres, et gardent jalousement les villages et les vignes qui ponctuent leurs pentes. Le plus haut sommet du Cap Corse est le Monte Stellu culminant à 1307mètres. Tout au bout de cette presqu’île, à la pointe du cap Corse : des îlots sauvages battus par les vents sont de repères pour les navigateurs et des refuges pour une faune et une flore particulières souvent protégées. La plus connue de ces îles, la Giraglia veille comme une sentinelle à l’accès maritime de la Corse par le nord. Plus au large vers l’Italie, une autre île tout aussi connue : Elbe, le souvenir d’un exil et Capraïa la belle.

Pas de grande route pour aller d’un rivage à l’autre, la D81 une départementale sinueuse permet de découvrir des paysages inattendus : bande côtière étroite: sable blanc sables noirs de Nonza, côte rocheuse et escarpée, falaises, maquis, vignobles, oliveraies,, plantations de cédrats, villages perchés, édifices religieux, sanctuaires, mausolées démesurés disséminés le long des routes, tours génoises dressées sur leurs promontoires,(un tiers des tours génoises de Corse se trouve dans le Cap Corse) riches villas : les palazzi dites maisons des américains témoignage de l’exil des capicorsins vers le nouveau monde et de leur réussite…
 

Cap Corse : histoire, évolution

Au Moyen-Age, le territoire formé par le Cap Corse appartenait au Pape en personne, sous le régime de Pise et jusqu’en 1284. La province du Cap Corse a vu le jour officiellement en 1592, cette fois sous l’emprise de Gênes. Depuis les premières occupations, les siècles se sont succédé avec leurs lots de conflits entre Grecs, Romains, barbaresques, Français, Italiens… Cela n’a pas joué en faveur de la microrégion sur le plan économique, du moins pas avant le XIXème siècle. La prospérité retrouvée s’exprime par cet immense jardin que devient le Cap Corse mais aussi par le fait que la province possède sa propre marine. Malheureusement, la première guerre mondiale est ensuite passée par là, conduisant la population à l’exode. Le tourisme ayant finalement contribué au renouveau du territoire, la population augmente considérablement d’une décennie à l’autre depuis les années 90.
 

Cap Corse : une terre riche en découvertes

Le Cap Corse c’est d’abord la découverte d’une nature sauvage encore préservée, où les vaches viennent trouver du repos sur les plages, où les dauphins jouent si près des côtes qu’on peut les observer longuement sans s’éloigner de la route, où en arrivant par la mer l’odeur du maquis se mêle aux senteurs iodées dès le franchissement de la Giraglia ainsi que rappelé dans un album d’Astérix.

Le tourisme au Cap Corse c’est le domaine des randonnées où chaque détour offre un regard renouvelé. Plongés dans les profondeurs des sentiers, les randonneurs trouvent une proximité immédiate avec la nature et se hissant vers les sommets des vues splendides s’offrent à leurs yeux. Le Cap Corse offre aussi le témoignage du passé et du travail des hommes. Villages pittoresques construits à l’intérieur des terres et leur marina distante abritant un petit port, (Sisco, Luri, Macinaggio, Centuri)

Sur certains itinéraires, des constructions témoignent du passé la vie dans le Cap Corse : moulins à vent dont certains sont encore debout (à l’image du moulin Mattei) habitations traditionnelles aux toits de lauze extraites dans les carrières locales de Sisco, lavoirs, fontaines, chapelles et églises remarquables.

Les hameaux dispersés à l’intérieur du Cap Corse restent fidèles à l’identité de cette île et plus encore, à cette île dans l’île qu’est le Cap Corse, tout aussi singulière que cette autre île dans l’île, tout aussi extrême par sa latitude, qu’est Bonifacio.

Vivre dans le Cap Corse, y être né c’est être Corse, mais plus encore être capicorsin.

    Partager cette page :