Très proche génétiquement du cochon domestique et plus petit que le sanglier du continent, le sanglier corse prolifère dans le maquis et les forêts de Corse.

La faune sauvage de Corse : Le sanglier « U cignale »

Il possède une robe très foncée presque noire lorsqu’il est adulte alors que ses marcassins ont une robe fauve rayée de roux pendant leurs premiers mois. C’est plutôt la nuit que le sanglier corse cherche sa nourriture car il préfère passer la journée dans sa bauge, un gîte au sec dans le maquis ou les buissons. Ce n’est que pour se débarrasser des parasites et pour se rafraîchir que le sanglier corse se vautre dans une souille (mare boueuse) ; ensuite il essuie la boue de son pelage en se frottant contre les troncs.

Omnivore, le sanglier corse se nourrit surtout de glands, châtaignes, racines, vers, insectes et tubercules (pommes de terre, asphodèles…). Prudent et plutôt peureux, le sanglier corse est un animal paisible qui peut pourtant se déchaîner lorsqu’il se sent attaqué ; il charge alors son ennemi et lui inflige des blessures à l’aide de ses défenses tranchantes.

Historiquement chassé pour sa viande fort appréciée, le sanglier corse est également chassé pour limiter sa population et préserver les cultures et les jardins qu’il ravage. Il est fréquent en Corse de voir le long des sentiers et des routes, les fouilles du sanglier qui a labouré le terrain pour y dénicher des vers et des tubercules ; lorsqu’il a faim, le sanglier n’hésite pas à se rapprocher la nuit des habitations pour fouiller les
poubelles.  

    Partager cette page :