Géographie de la Corse : montagnes, rivières, forêts, faune et flore…

La Corse en quelques mots

Située dans le golfe de Gênes, la Corse est incontestablement l’île la plus belle de la Méditerranée, ce qui lui vaut le surnom d’Île de Beauté. Longue de 180 km et large de 82 km, sa superficie atteint les 8722 km2 pour une altitude moyenne de 568 mètres : elle est plus haute que les îles du même secteur.

Couverte de maquis et de forêts sur la majeure partie de sa surface, elle est parfois encore appelée l’Île Verte. Accessible par la mer ou par les airs, elle flotte en pleine mer à 175 km de Nice, 190 km de Gênes. Elle est une région à part entière, regroupant deux départements : la Haute-Corse et la Corse du Sud. La frontière qui les sépare coupe l’île en transversale. Une grande chaîne de montagnes habite l’île, donnant de somptueux paysages, des randonnées authentiques à la rencontre des produits du terroir…

La géographie des montagnes corses

Tout au long de la Corse, des sommets jalonnent la Corse oscillant entre 1217 mètres avec l’Omu di Cagna (« l’Homme de Cagne ») et 2707 mètres avec le Monte Cinto.

La plus basse montagne se trouve à l’ouest de l’île. On l’appelle l’Homme de Cagne pour la simple raison que son sommet se compose de blocs de roches prenant une forme humaine : ils semblent tenir en équilibre. Ce massif est granitique : ses roches ont été formées par le refroidissement du magma.

La plus haute montagne corse, le Monte Cinto se trouve sur le territoire des communes d’Asco et Lozzi, en Haute-Corse. Elle est entourée de plusieurs lacs dont la Muvella, le Ceppu, le Col Perdu et le Cinto. Entre Calvi et Corte, le Monte Cinto est traversé par le célèbre GR20 : un sentier de randonnée mythique qui relie le nord et le sud de la Corse, parcourant les plus beaux endroits de l’île.

Enfin, les montagnes corses offrent de superbes espaces naturels, comme les bains naturels, les cascades, les gorges, les falaises…
 

Les côtes de Corse : géographie

Avec environ 1047 km de littoral, les côtes corses expriment une nature très diversifiée. Des plages paradisiaques de sable blanc aux falaises de calcaire comme celles que surplombe Bonifacio, on découvre des échantillons des sites les plus harmonieux de la planète… Entre criques et presqu’îles, des découvertes géologiques ne cessent de se succéder sur le littoral corse.

On observe sur les côtes rocheuses, faites de granite des formations volcaniques comme c’est le cas dans le golfe de Porto.

A l’est de la Corse, les plages laissent place aux marais et étangs, parfois aussi à des estuaires. C’est sur cette partie de l’île que le tourisme balnéaire est le plus en vogue. De superbes plages au sable blanc connaissent aussi un grand succès de l’autre côté de l’île, comme celle de Saleccia, préférée de très nombreux touristes et habitants. Parfois bordées d’eucalyptus ou d’autres arbres, ces plages sont si envoûtantes que des films y ont été tournés, parmi les plus connus comme « Le jour le plus long » par exemple.
 

Les forêts de l’Île de Beauté

Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce sont près de 400.000 hectares de forêts qui recouvrent la surface de la Corse. On dénombre 163 forêts officielles, réparties aussi bien dans le sud que dans le nord de la région.

En Corse du Sud, la forêt de Chiavari rassemble quantité d’eucalyptus. Elle comprend des parcours propices au cyclisme, dont les coureurs apprécieront grandement les zones ombragées et la qualité de l’air offerte par les arbres. Mais la plus belle forêt corse est celle d’Aïtane, toujours dans le sud. Elle est faite de Pins laricio, de sapins, de chênes, de hêtres… Les plus beaux sites de cette forêt sont sans aucun doute ceux où des cascades se jettent entre les arbres.

La Haute-Corse aussi a son lot de forêts, dont une que l’on estime être la troisième plus belle de Corse : il s’agit de la forêt de Tartaigne dont les arbres couvrent le sol sur une superficie de 2800 hectares, allant jusqu’à une altitude de 2390 m sur le Monte Padro. Dans ces espaces boisés vivent de rares mammifères, des amphibiens, des reptiles, des poissons… Les plantes même rares y poussent, bien que les espèces les plus courantes soient les pins larici, les genévriers, les châtaigniers…
 

La Faune et la Flore de la Corse

Bien que de nombreuses espèces animales et végétales tendent à disparaître, la nature corse parvient à se préserver, surtout dans les forêts où l’on trouve les animaux typiques de la Corse : le mouflon de corse avec ses cornes recroquevillées, le gypaète barbu, le faucon pèlerin ou encore… l’aigle royal, inimitable et irremplaçable. Quant à la flore de l’Île de Beauté, elle est faite de maquis sur près de 140.000 hectares… Cette sorte de mousse verte tapisse de nombreux sols au nord comme au sud. L’île verte n’est pas aride contrairement à ses congénères méditerranéennes.

On trouve des eucalyptus sur les plages et dans les bois, des pins, mais aussi du Myrte (dont on fait de la liqueur) en plaine et près de la mer, du thym entre 500 mètre et 2 km d’altitude. L’Aulne odorant pousse le long des torrents, et l’on voit également des arbousiers dont on fait du miel.
 

Les cours d’eau de l’Île de Beauté

Entre ruisseaux et fleuves, les cours d’eau qui irriguent la Corse sont très nombreux. Le plus gros fleuve n’est autre que le Golo, qui traverse le nord de la région. Il prend sa source au sud de la Plagia Orba au niveau de la commune d’Albertance pour se jeter finalement dans la mer Thyrrhénienne, près de l’étang de Biguglia à l’est.

Au sud, il y a plusieurs fleuves, dont le Liamone qui progresse dans le sud de la Corse. Sa source naît dans le Monte Cimatella au niveau de la commune de Letia. Il comprend les superbes cascades de Piscia a l’onde.

La géographie de cette région est su diversifiée qu’on a l’impression de faire le tour du monde en la découvrant…

 

    Partager cette page :